©2012 Atelier Gaia - Bijoux, meubles
  • Atelier Gaïa

    • Bienvenue sur le site de l'atelier Gaïa !

      L'Atelier Gaïa a déménagé au 134, Avenue Émile Hugues à Vence (dans la descente de Leclerc sous les arcades, à côté de la boutique Wood Old), ouverture vers le 10 septembre 2016.
      › Créations : bijoux personnalisés, meubles...
      Voir l'animation Flash de l'Atelier Gaïa

    • Gaël Fasulo
      Grand rêveur, la tête dans les étoiles depuis toujours et les pieds pas vraiment sur Terre, seules les activités artistiques m'intéressaient ! Musique, dessin, peinture ou sculpture, photographie, montage vidéo, création de mobilier...

      › Lire la suite

    • L'atelier
      L'Atelier Gaïa est situé au 134, avenue Émile Hugues à Vence, ville qui accueille les Nuits du Sud en été, à quelques pas de la Cité Historique, dans un cadre magnifique et propice à la création.

      Nous serons heureux de vous y accueillir afin de vous y faire découvrir nos bijoux, meubles...

    • Vence (06)
      Situé à environ 20 km de Nice, entre mer et montagnes, surplombée par le col de Vence, la ville de Vence fait partie de ce que l'on appelle le moyen pays.

      Ne quittez pas la ville sans découvrir nos créations !
      http://www.vence.fr

    • bijoux raku
    • gael fasulo
    • atelier gaia
    • vence
  • Les Bijoux - Gaël Fasulo

     

    Deux techniques différentes sont employées pour la création de mes bijoux :

    1] La cire perdue

    La technique de la cire perdue consiste à sculpter des bijoux sur une cire conçue pour la bijouterie. Cette cire est relativement dure et nécessite de petits outils de précision afin de sculpter les moindres détails du bijou désiré.
    Une fois la sculpture terminée, la deuxième étape consiste à "couler" la pièce en métal (argent, or, platine...). Cette étape nécessite tout un équipement de fonderie (four haute température, centrifugeuse, dégazeuse, creusets ...). On "soude" aux différentes pièces, une tige de cire (ou canal de fonte) que l'on relie sur ce que l'on appelle un "arbre"de cire, car il ressemble au tronc d'un arbre avec de nombreuses branches sur lesquelles sont fixés les pièces en cire.
    Par la suite, on place cet arbre dans un cylindre et l'on verse du ciment très fin a l'intérieur, afin que ce dernier prenne l'empreinte des plus petits détails, puis une fois sec, on le place dans un four pour que la cire fonde et coule via les canaux de fonte et l'arbre lui même. Toutes les pièces en cire sont donc perdues ! Cette opération terminée, le ciment a gardé les empreintes de tout ce qui était en cire, il faut donc couler ou injecter le métal par ces mêmes canaux, puis, une fois le métal refroidi, on casse le cylindre de ciment et on récupère notre arbre... en métal ! On coupe chaque branche pour récupérer les pièces et l'on peut refondre l'arbre lors d'une prochaine fonte. Les bijoux sont ensuite plongés dans un bain d'acide pour les décaper.

    La dernière étape de ce processus consiste en un long travail d'ébavurage à l'aide de limes (de grains de plus en plus fin) et de papiers abrasifs, puis vient le tour du polissage, pour cela on utilise des différents disques de feutre et de coton cousus sur lesquelles on applique un pâte à polir (micro abrasive) qui fait reluire la surface du métal. Une fois l'opération terminée, la pièce doit briller et ne plus présenter de taches (ou "bleus").

    2] Le travail du métal

    La deuxième technique consiste à travailler directement sur le métal.
    On fait fondre le métal dans un creuset (enduit de "borax") à l'aide d'un chalumeau oxhydrique (oxygène + gaz).

    Une fois la température de fusion atteinte (980°c pour l'argent, 1060°c pour l'or), on verse le métal en fusion dans une lingotière afin d'obtenir un lingot, que l'on plonge dans un bain d'acide chlorhydrique pour faire disparaître les traces de borax.
    Ensuite le lingot peut être travaillé dans un laminoir pour l'aplatir et en faire des plaques de diverses épaisseurs ou des fils de différents diamètres.

    A partir de là, on peut découper dans chacune des plaques les formes voulues pour en faire des bijoux.
    Par exemple, pour faire l'anneau d'une bague, on découpe à la scie archer (ou bocfil) un rectangle aux dimensions désirés (exemple 60 mm x 10 mm), puis on le met "en forme" avec un triboulet (grand cône d'acier qui ressemble à un doigt) et un maillet en bois.
    Ensuite on soude les deux extrémités de l'anneau avec un chalumeau oxhydrique, on le décape à l'acide et on lime la soudure avec des petites limes et du papier abrasif.
    Pour finir, on polit la bague, mais il existe une multitude de procédés différents pour les finitions.
    Par exemple, on peut marteler l'anneau avec un marteau à panne ronde ou plate, on peut brosser le métal avec des brosses très abrasives, graver des motifs ou des écritures, oxyder l'argent ou le blanchir à l'acide, sertir des pierres...

    Les possibilités sont très nombreuses et peuvent être associées les unes aux autres, il me faudrait des centaines de pages pour toutes les expliquer !

    En résumé, ces deux techniques sont très différentes et complémentaires, celle de la cire perdue permet de sculpter des formes très variées avec beaucoup de reliefs en 3d, et le travail direct sur du métal est sans doute le plus ancien procédé utilisé par l'Homme dans la confection de parures, de diadèmes et autres objets destinés à "habiller" nos corps, qui est la base de la bijouterie actuel.

  • Les Boucles d'oreille - Gaël Fasulo

    › Retour

  • Les Boucles d'oreille - Gaël Fasulo

    › Retour

  • Les Bracelets - Gaël Fasulo

    › Retour

  • Les Pendentifs - Gaël Fasulo

    › Retour

  • Laissez-nous un message !








    * Champs obligatoires

    Atelier Gaïa
    134, Avenue Émile Hugues
    06140 Vence

    Contact :
    Gaël FASULO : 06.22.10.64.00
    E-mail: info.ateliergaia@gmail.com

    Plan


    › Afficher le plan sur Google Maps
  • Gaël Fasulo

    Créateur de bijoux

    Grand rêveur, la tête dans les étoiles depuis toujours et les pieds pas vraiment sur Terre, seules les activités artistiques m'intéressaient ! Musique, dessin, peinture ou sculpture, photographie, montage vidéo, création de mobilier... Créer des objets de mes propres mains et leur donner une âme, voilà ce qui m'a toujours fait vibrer !

    C'est en 2002, après un voyage en Polynésie Française, d'où j'ai rapporté les fameuses perles noires de Tahiti, que je me suis découvert une véritable passion pour la bijouterie !

    N'y connaissant rien, j'ai appris par mes propres moyens, mais j'ai également eu la chance de rencontrer une grande créatrice de bijoux d'art, Esty Grossman, qui m'a enseignée certaines techniques de base dans son atelier de Cagnes/mer.
    Depuis, cette passion ne m'a plus quittée au point de passer des nuits entières à créer, et en y prennant toujours autant de plaisir !

    Pour moi, les bijoux sont un peu "le reflet de l'âme" de chaque personne ... Selon les matériaux utilisés,leur forme, leur couleur, leur dureté, leur taille, les pierres qui y sont serties...etc... On pourrait déterminer certains traits de caractère de la personne qui les porte, ce vers quoi elle tend, à quoi elle aspire au plus profond d'elle-même, et ce depuis la Nuit des Temps !

    Lorsque je crée, je veux faire "passer" quelque chose à travers mes bijoux, un sentiment, une émotion, un ressenti, mais je pense aussi aux personnes qui vont les porter et s'y lier ! Je tente alors de créer une osmose entre les lignes de mes créations, notre corps physique et notre être intérieur... Relier l'invisible au visible, ramener un éclat de rêve dans la réalité, un fragment de bonheur dans nos vies, un petit bout de Paradis dans ce monde ... En insufflant directement de l'amour à mes créations !!!

    Carpe diem !

    › Retour

© 2012 Atelier Gaïa - Tous droits réservés